Des bulles

bulles1

Des bulles pour expliquer un effet aussi complexe que la tension superficielle. Voici le défi auquel ont répondu les élèves en CAP Entretien du textile.

La formation des bulles est effectivement le résultat d’un phénomène physique appelé « tension superficielle ». Un effet également à l’origine d’autres phénomènes intriguant et observables dans la nature à l’image des insectes qui marchent sur l’eau ou de la rosée qui ne s’étale pas.

La tension superficielle est donc une force présente au niveau de toute interface entre deux milieux différents.  Prenons le cas des bulles de savon et donc d’une interface entre liquide et gaz.

Au sein d’un fluide, les molécules exercent entre elles des forces d’attraction ou de répulsion appelées « forces intermoléculaires ». Ainsi, si l’on considère un corps pur liquide, composé d’un seul type de molécules, celles-ci s’attirent. La résultante des forces est donc nulle.

Dans le vide, une molécule n’est, par contre, attirée par rien ; à la frontière liquide/vide, les molécules sont attirées côté liquide mais pas côté vide. La résultante des forces s’exerçant sur les molécules de la surface est donc dirigée vers l’intérieur du liquide. Ceci tend la surface.

Dans le cas d’une interface liquide/vide, c’est donc un effet au sein d’un liquide qui amène la surface à se déformer comme une membrane élastique.

Si les forces d’attraction au sein du liquide sont faibles, la pellicule ne tient pas. À l’inverse, si ces forces sont fortes, la pellicule tient et a un comportement élastique.

bulles2

Alors les bulles, un jeu d’enfant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.